Bidonville dans la ville 2017

Initiation Promotion BTS SP3S 2017-2019 Lycée Val de Seine Le Grand Quevilly

Introduction

Le 07 décembre 2017 nous nous sommes rendus accompagnés de nos professeurs de Méthodologies Appliquées aux Secteurs Sanitaire et Sociale (Me Milizi) et de Technique de l’Information et de la Communication Professionnelle (M. Djeffal) au centre A. Malraux de Rouen où s’est déroulé la manifestation « Bidonville dans la ville ». Nous y avons rencontré Patrice Menguy membre de l’association « la Pastorale des Migrants » qui nous a expliqué ce en quoi consistait leur mouvement.

Découverte
Suite à cette introduction, nous avons été libres de découvrir les différents stands/décors tels que :
• Une couchette
• Appareil photo
• Lunettes accrochées au plafond
• Vêtements en vrac, et attachés sur un étendoir à linge

En continuant notre parcours nous avons été invités à nous dévêtir de nos manteaux. Ainsi, Ibrahim, un acteur, nous a proposé d’échanger nos sacs de cours contre des sacs de voyage imposants et lourds, afin de nous mettre dans la peau des migrants.
Nous avons ensuite été conviés à suivre le « garde-frontière » (rôle étant joué par une intermittente du spectacle) dans une autre pièce.

Activité 1

Le parcours :
Lorsque nous nous sommes retrouvés dans cette pièce où se trouvaient différentes associations et différents décors de bidonville, nous avons compris que nous étions « devenus » des migrants. Nous avons dû passer des frontières à plusieurs reprises et convaincre les autorités de nous laisser passer. Nous avons rencontré des obstacles comme la prison ou bien encore la demande d’argent contre le passage de la frontière. Lors de cette activité très active et plaisante à laquelle nous avons été très sensibles nous avons pu exprimer nos différentes valeurs telles que la solidarité, l’entraide, l’égalité et la complicité avec les migrants.

L’échange, la rencontre

Après avoir terminé l’activité, nous avons pu rencontrer les acteurs Ibrahim, Zoumana et Alpha, qui se sont avérés être eux-mêmes des migrants originaires de la Guinée Conakry et du Mali.
Lors de cet échange, ils se sont présentés et nous ont raconté l’histoire commune qu’ils ont vécue. Ils ont passé quatre années à traverser différents pays afin de se rendre en France -étant francophones- où ils sont arrivés il y a maintenant quelques mois.
Durant notre discussion les migrants nous ont également montré des photos de ce qu’ils ont vécu durant leur difficile parcours. Nous leur avons aussi posé quelques questions sur leur vie en France, mais aussi sur leurs démarches et leurs problèmes administratifs sachant qu’étant « dublinés » c’est-à-dire migrants qui, en vertu du règlement de Dublin doivent faire leur demande d’asile dans le premier pays européen où ils ont étés contrôlés (dans le cas d’Ibrahim, Zoumana et Alpha ce pays est l’Italie). Il y a donc un risque qu’ils soient renvoyés dans leur pays d’arrivée.
Leur témoignage a été une véritable prise de conscience pour nous et nous aide à voir la réalité cruelle qui peut-être, par moments, déformé par la vision qu’en donnent certains médias.

Les associations

Nous avons ensuite suivi Patrice Menguy dans une autre pièce où étaient exposés différents stands. Malgré le laps de temps restreint, nous avons pu échanger avec différents membres d’associations telles que :
• L’ASTI
• Habitat humanisme
• La pastorale des migrants
• L’éthique sur l’étiquette
• Le GREFF

Activité 2

Le jeu :
Avant le commencement du jeu, une carte d’identité factice et des « zoumala » (la monnaie du jeu) nous ont étés distribués, ainsi que des lunettes, symboles du changement de regard, afin que chacun d’entre nous ait une vision différente et se forge son propre avis.
Nous nous sommes rendus compte des inégalités entre les pays selon :
• Le sexe
• L’âge
• La religion
• L’origine
• La richesse

Notre ressenti :
Cette journée nous a beaucoup plu. Nous avons regretté le manque de temps pour pouvoir échanger avec les migrants ainsi que les personnes qui les accompagnent au quotidien. Hormis ce bémol, l’ensemble des activités nous a touchées. Nous espérons que nous pourrons de nouveau rencontrer les associations et les migrants, dans le cadre pourquoi pas d’un projet commun afin de leur venir en aide.

Les étudiants de BTS SP3S du lycée Val de Seine, Le Grand-Quevilly, promotion 2017/2019

Partager